Prendre des précautions dans l’auto-médicamentation

mesotherapie-du-dos-en-quelques-mots
La mésothérapie du dos en quelques mots
novembre 19, 2018

Prendre des précautions dans l’auto-médicamentation

precautions-auto-medicamentations

Lorsqu’on prend des médicaments sans demander un avis médical, on peut qualifier cette attitude d’automédication. Il consiste notamment à aller dans une pharmacie et acheter des médicaments pour soigner divers maux assez courants avec ses propres connaissances et expériences. D’après une étude, environ 59% des français se disent avoir utilisé fréquemment des médicaments sans ordonnance, surtout pour soulager des doleurs comme des maux de tête, de petites blessures superficielles, des maux de gorge, quelques douleurs digestives, etc. À croire que c’est devenu un réflexe pour la majorité d’entre nous. Est-ce que c’est une bonne pratique ? Quelles sont les mesures à prendre afin d’éviter d’éventuels dangers ?

Faire attention avec les traitements locaux

Le traitement local est un mal qu’on considère toujours bénin par le fait qu’il ne se présente que superficiellement, considéré comme causé simplement par des champignons et l’application d’une creme anti fongique semble être tout à fait normale. Cependant, il est essentiel de garder en tête que les problèmes de peau et d’autres maladies ne se présentant qu’extérieurement n’ont pas les mêmes caractéristiques et ne répondent pas toutes à un seul et même traitement. L’application des pommades et des crèmes pour soulager ou guérir les problèmes au niveau de la peau n’est pas sans risques, même si beaucoup de traitements peuvent être utilisés sans ordonnance. Qu’il s’agit d’appliquer un agent tonique, nettoyant, humidifiant, asséchant, anti-inflammatoire ou pansement, il est toujours recommandé de demander l’avis de son médecin, ou à la limite de solliciter des conseils à son pharmacien.

Prendre un médicament sans ordonnance : se renseigner au préalable

Ce n’est pas uniquement pour les petits bobos au quotidien qu’on prend des médications sans passer par la consultation d’un médecin. En effet, on tend de plus en plus à démocratiser cette pratique qui n’est pas sans risque. Pourquoi ? Pour gagner plus de temps en évitant le détour chez le médecin comptant la probabilité d’une longue file d’attente, sans doute pour économiser de l’argent, etc. on prend de plus en plus de somnifères sans l’avis d’un médecin, des antidépresseurs, des vitamines, etc. Si cette pratique est particulièrement pratique, elle peut très vite virer au cauchemar. D’où tout l’intérêt d’être vigilant. Si environ 85% des français avouent avoir déjà eu recours à l’automédication d’après les sondages, il n’est pas vain de rappeler que ce n’est pas sans danger. Contenant des principes actifs pouvant être toxiques en cas d’association avec d’autres médicaments, si nous ne disposons pas de temps pour aller chez le docteur, il vaut mieux, au moins, prendre le temps de chercher des informations à propos du traitement en question ou de lire attentivement la notice.

Éviter à tout prix d’en faire une habitude

Il est important de savoir qu’un traitement pris sans l’avis d’un médecin ne doit pas aller au-delà de 5 jours. Passé ce délai, si les douleurs persistent, il serait préférable d’aller consulter un médecin. Il faut savoir qu’une boîte à pharmacie doit uniquement contenir des médicaments nécessaires pour les cas d’urgence, notamment des accidents. Dans tous les cas, il faut que cela ne devienne pas une mauvaise habitude. Ce qu’il faut savoir c’est que parfois les maladies peuvent être différentes, bien qu’elles présentent les mêmes symptômes. Voilà pourquoi, un examen spécifique doit toujours se faire. Dans le cas où nous ne pouvons pas faire autrement, mieux vaut garder les notices et les scruter attentivement avant d’acheter le médicament que nous avons en tête.